Description


Bienvenue sur mon site dédié aux roses anciennes et modernes. Laissez-moi vous conter l'histoire de jardins remarquables, vous présenter des roses méconnues ou oubliées, vous conseiller de beaux livres...

Ce blog d'amateur est parfaitement libre et indépendant, je ne perçois aucun avantage, aucune rétribution de qui que ce soit. Sa seule vocation est le partage d'informations. Si vous empruntez une photo ou un texte de mes articles, veuillez citer vos sources comme je le fais moi-même. Les photos ne sont pas libres de droit. Pas d'utilisation commerciale sans mon accord.

N'hésitez pas à laisser en message vos remarques, vos avis... J'y répondrai avec plaisir.

dimanche 3 février 2019

Je n'ai pas un jardin punk !

... au prix de quelques efforts...



  • mon jardin m'a coûté un bras. Mon terrain de jeu actuel est sorti tout droit de mon imagination mais j'ai dû mettre la main au portefeuille pour le mettre en valeur. Je souhaitais un jardin agréable à regarder et à vivre, dès la première année de notre emménagement. On a donc fait appel à une entreprise pour arracher les arbres malades et les arbustes sauvages, démolir les dépendances inutiles, épandre deux tonnes de compost, ameublir et aplanir le terrain, planter les arbres, etc... Un travail de titan ! mais nécessaire...



  • je ne suis pas fainéante. La page blanche a commencé à prendre forme. Les bases d'une structure étaient créées. A mon tour de jouer et de me retrousser les manches. En un printemps, j'ai bêché, modelé, dessiné plusieurs massifs et planté plusieurs centaines de rosiers et plantes vivaces. Le jardin est maintenant totalement planté. Je fais juste quelques ajustements de ci, de là, en ôtant les plantes qui ne donnent pas satisfaction. Impossible d'attendre des années avant d'avoir un jardin abouti !



  • il est manucuré comme une future mariée. Quand on a un jardin de ville, les exigences de soins ne sont pas les mêmes que dans un grand terrain à la campagne. Ici, le moindre défaut se voit tout de suite puisque le regard embrasse d'un coup la totalité de l'espace. Alors, j'aime bien quand les bordures sont nettes, les plate-bandes désherbées, les topiaires sculptées.



  • je tonds une fois par semaine. Autant il peut y avoir quelques sauvageonnes au fond des massifs difficiles d'accès, autant la pelouse doit être nickel. C'est le b.a.ba, sinon le jardin fait négligé et alors vraiment punk !



  • je ne fais aucun semis, par manque de place, par manque d'envie. En revanche, je fais des boutures, des échanges avec mes charmants voisins. C'est très enrichissant de partager ses expériences avec des amis jardiniers. On découvre de nouveaux végétaux, on se donne des astuces, des bons plans. Le jardin est aussi une aire de tests.



  • mon jardin n'est pas facile à entretenir. Il n'y a pas de secret, un jardin (surtout un jardin de roses) demande une attention régulière et des interventions répétées (taille, nettoyage, palissage, fertilisation). Sinon, ce n'est pas un jardin, c'est une zone sauvage, prairie ou lande (ce qui peut être très joli) ou une jungle, ou pire finalement une étendue de gazon sans aucune plante. Par chance, le désherbage n'est pas une corvée puisque presque rien d'indésirable ne pousse dans l'enchevêtrement de plantes. 
 


  • j'arrose pelouse et massifs. En plein été, si je ne veux pas voir le jardin grillé et moribond, je suis obligée d'hydrater copieusement tout le monde une fois par semaine. Avec sagesse, juste la dose nécessaire pour soulager les plantes et leur faire passer le cap difficile de la canicule, qui débute ici dès juin.




  • il n'est pas naturel. Même si la nature finit toujours par avoir le dernier mot et me rappelle parfois à l'ordre, je reste maître à bord. Chaque massif est pensé. Chaque plante est choisie. Mon jardin est domestiqué et a une allure formelle mais sans être strict.



  • il est écologique. Sur ce point, tous les jardiniers ne peuvent qu'acquiescer. Zéro traitement phytosanitaire chimique. Je ne traite pas les rosiers, même pas de bouillie bordelaise. J'utilise juste le Bacillus Thuringiensis pour évincer les pyrales du buis.


Bref, comme Eric Lenoir, féru de roses en Normandie, chercheur et découvreur de roses anciennes, j'essaye d'entretenir mon modeste jardin de roses avec passion, en suivant mon instinct, sans diktat.
Comment, vous ne connaissez pas Eric Lenoir ? 
Allez vite découvrir son site internet http://roseanciennenormande. Et si vous êtes de passage dans le Calvados aux beaux jours, allez lui rendre visite ! Son jardin est ouvert au public.

Jardin des Oubliées
8 place du marché
14490 BALLEROY




25 commentaires:

  1. Aaaah je n'en reviens pas, tu as vu toutes les photos de ton jardin dont tu nous a gratifiées ? C'est somptueux j'adore, et si j'avais pu faire comme toi, c'est à dire si l'homme a avait été d'accord pour que mon jardin me coûte un bras eh bien j'aurait dit oui et fait de même.C'est ce dont je rêve un terrain meuble où il ne reste plus qu'à planter. Qui te traiterait de fainéante ? Non mais, en tout cas chapeau bas, comme il doit y faire bon vivre ! Dis-donc je suis sous le charme du rosier pourpre-mauve de la 10e photo son p'tit nom stp ? mais en fait je suis sous le charme de tout et j'ai adoré le "manucuré comme une future mariée"! Je vais repasser c'est sûr c'est trop bôoooo . Bizzzzh d'un Finistère ensoleillé pour changer de la pluie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai essayé de faire court en vous racontant l'élaboration du jardin. Mais je peux te dire que c'était un sacré bazar ! et je vous ai épargné la construction de la piscine, hors-sujet dans cet article mais qu'il a bien fallu intégrer dans le projet global. Je ne suis pas douée du tout en dessin et pourtant j'avais tout couché sur papier pour avoir une vue d'ensemble à l'échelle. C'est passionnant de créer sur un terrain vierge, tout est permis !
      Le rosier mauve est le grimpant ancien 'Veilchenblau'.
      Bises ma Bretonne

      Supprimer
  2. Je partage ta vision du jardin Alix. On obtient pas un beau jardin sans s'y donner à fond et sans s'y consacrer pleinement. J'aime les jardins à l'anglaise, à l'aspect sauvage et poétique. On ne parvient pas à ce résultat qu'en laissant faire la nature: celle ci offre des surprises et je la laisse souvent oeuvrer mais il faut contrôler en permanence la végétation. Le jardinier doit veiller à cet équilibre, en permanence!
    Chaque jardin a ses règles et je suis mon instinct, en respectant la nature (zero pesticide) le plus possible.
    Très chouette article!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vu, pour une fois, j'ai mis plein de photos de mon propre jardin ! Enfin uniquement de la partie 'à l'anglaise' puisque c'est un peu à l'image du blog. J'ai sélectionné des images de printemps.
      Je pense que nous avons toutes les deux les mêmes habitudes au jardin. On aime les massifs soignés ce qui n'empêche pas une certaine opulence.
      A bientôt Sophie

      Supprimer
  3. Ton jardin est superbe. J'adore toutes tes photos de massif si opulent. Un jardin ça demande du travail c'est sûr sinon comme tu dis ce ne serait plus un jardin mais autre chose. Merci beaucoup pour cet article, j'en ai pris plein les yeux ! Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A l'heure où on entend beaucoup parler de jardin sans entretien, j'ai trouvé amusant de rappeler que non, un jardin ne se fait pas tout seul. Comme moi, tu es partie d'un terrain vierge et c'est gratifiant de voir le résultat après tous nos efforts.
      Belle soirée Lucile

      Supprimer
  4. Tes plates bandes sont toutes magnifiques, j'en rêve. Si je ne te savais pas dans le sud je te penserai en Normandie tant tes plantes respirent la fraicheur. Tout comme toi j'aime mon jardin de ville entretenu y compris la pelouse.
    Pas de doute il faut que je le nourrice avec du compost en dose XXL.
    Lydie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les photos montrent le jardin en début de printemps quand il pleut encore ! Enfin elles ne montrent que la partie Nord du terrain, seul endroit qui profite d'une lumière tamisée. Je ne montre jamais le reste du jardin qui lui est en plein soleil en permanence et où il est impossible de créer des massifs 'à la Normande'!

      Supprimer
  5. Waoh ! ravie de découvrir d'un peu plus près ou plutôt d'un peu plus loin ton jardin !!
    Il n'est certes pas punk mais il a un petit côté soigné-ébouriffé qui me fait rêver !!
    Très bien construit ton billet... comme d'habitude devrais je dire .. tout jardinier à sa propre vision du jardin , la mienne est un peu différente probablement un peu par obligation d'ailleurs, mais nous avons en commun cette même passion, cette folie qui nous donne des ailes .. pour arriver au plus près de cet idéal propre à chacun ..
    j'ai adoré la visite, merci :)
    Bisesssss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le jardin commence à ressembler à quelque chose. Les végétaux ont poussé très vite avec la chaleur. J'aime bien ton mot 'ébouriffé', c'est vraiment ça ! En décembre, j'ai taillé les rosiers plus fortement que l'an passé et éliminé les tiges épaisses, très épineuses, pour insuffler légèreté à l'ensemble. Ils débourrent déjà !
      BiseS

      Supprimer
  6. Coucou Alix
    Mazette, ça c'est du jardin
    Tu as su construire un jardin opulent et merveilleusement mis en scène à l'aide de plantes savamment coordonnées, les floraisons évoquent ces jardins anglais magnifiquement travaillés et organisés, rien ne dois dépasser même pas un brin d'herbe, j'envie ce côté propret et bien ordonné, c'est vrai qu'un jardin se doit d'être entretenu sinon les végétaux et les herbes folles poussent de partout et ça devient vite une jungle
    Tout dans ce jardin est en harmonie, belle prouesse
    Merci pour cette jolie ballade dans ton jardin, ce fut bien agréable
    Bises et à bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pensé à toi qui est aussi en phase de construction de jardin. Ici, on a voulu mettre les bouchées doubles dès le départ car je ne compte pas en rester là. Un autre jardin viendra, plus grand pour une nouvelle aventure avec toujours plus de rosiers. Je profite à fond de celui-ci pour l'instant, aux beaux jours, c'est vraiment sympa d'être dans ce cocon fleuri.
      Je t'embrasse. Prends soin de toi.

      Supprimer
  7. Je suis tout à fait en accord avec vous.
    Un jardin , ce n'est pas la nature, par essence même. j'aime randonner dans la nature et y découvrir de superbes paysages.
    Mais mon jardin a été fait de la main de la femme, en l'occurrence, et il est soigné, manucuré etc...il n'y a que la pelouse dont je ne m'occupe pas assez.
    Et c'est du travail, mais un travail que j'aime.
    Et cette mode des jardins punk ou soit disant nature ou autre...m'énerve un peu....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des jardins naturels avec des graminées ou style prairie, qui sont très beaux et qui constituent une belle alternative pour les grands espaces.
      Mais il ne faut pas leurrer les jardiniers débutants : les jardins sans entretien n'existent pas. Il y a des plantes moins exigeantes que d'autres (en eau, en taille, en soin), c'est tout !
      A chacun de choisir le style qui lui va le mieux.

      Supprimer
  8. je me demande si le Eric lenoir du jardin punk ( jusque là, je ne connaissais que celui de balleroy -mes enfants ayant la chance d'habiter juste à côté-) ne joue pas dans la catégorie provocation ... et pour animer le débat ce qu'il a en partie réussit à faire puisque cela a suscité bon nombre de commentaires sur les réseaux sociaux et y compris ton superbe article ... il y a un item que tu n'as développé et que je me permets d'ajouter avec ton autorisation : ton jardin est cohérent = j'ai un jardin cohérent... et c'est une qualité que j'apprécie particulièrement (je me demande même si ce n'est pas la seule qui vaille car d'elle découle beaucoup d'autres) une fois le projet défini, tu as su t'y tenir et c'est ce qui donne ce côté si réussi ... en faisant le choix d'un jardin "anglais" tu en as parfaitement respecté le code ... c'est cela qu'on ne dit peut être pas assez dans les magasines ...car choisir un style de jardin et s'y tenir c'est aussi choisir le temps,l'énergie, les moyens qu'on peut y consacrer ... choisir le style anglais est exigeant mais le résultat est là ... et il se voit ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, nous y voilà ! Bon, tous mes lecteurs n'ont peut-être pas saisi la subtilité de la chute de cet article mais j'ai tout de même fait passer un message.
      C'est clair, le punk se noie dans un style provocateur et grossier. Quel programme ! Au secours.
      Ta remarque sur la cohérence est bien plus pertinente.
      Oui, mon cheminement a été cohérent car la réalisation est en adéquation avec le projet originel. Mais mon jardin est-il lui-même cohérent ? Je doute. Mon blog offre une vue parcellaire et ciblée.
      L'espace réduit et le climat du sud sont des contraintes qui ne me permettent pas de faire un jardin anglais. Ce que je montre est une goutte d'eau finalement, qui s'intègre dans un décor beaucoup plus "sudiste" et contemporain. Il faut imaginer comme trame de fond des plantes et arbres exotiques, une ambiance mi-provençale, mi-méditerranéenne. Mon jardin est-il toujours aussi cohérent ? Je te laisse juge !!
      Merci Hélène pour ton œil plein de sagacité.

      Supprimer
  9. Ha ha ! J'ai adoré cet article !
    Le titre m'avait bien sûr interpellée sur mon Bloglovin où j'ai enregistré ton blog.
    La chute est géniale et très originale. Je connaissais aussi l'homonyme en fidèle lectrice de Jardin Jardinier mais je n'avais jamais pensé à faire le rapprochement avec mon punk préféré.
    J'admire beaucoup ton jardin mais trop net pour moi et ce n'est pas une critique.
    Disons que je suis à mi-chemin entre le tien et celui d'Eric que je ne qualifierais pas de provocateur comme Hélène plus haut mais plutôt d'éveilleur de consciences. La voie du milieu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'homonymie était trop belle, j'ai sauté dessus !
      C'est vrai que mon jardin fait plus net que le tien. J'apprécie la profusion de plantes mais je n'aime pas quand elles s'entremêlent à outrance. Cela crée un effet "brouillard brouillon". Les massifs perdent en lisibilité. Le regard est perdu. Ici, seuls quelques géraniums vagabondent à leur aise. C'est pas dramatique non plus. Je laisse faire. C'est vilain uniquement à la défloraison et là je rase tout !
      Au plaisir de te lire.

      Supprimer
  10. Ouh là là Mais je suis complètement époustouflée de la vitesse de croissance de ton jardin. J'ai adoré me balader le long de ces massifs à l'anglaise .Bravo! Tu as réussi ton challenge ! Et ton humour sur le jardin Punk tombe tout à fait juste .Comme tu le dis, ton jardin est un jardin de ville et il a été imaginé,construit, entretenu comme tel .Ce qui importe pour moi , c'est qu'on se sente bien dans son jardin , en harmonie avec soi même .Donc, pas de dogme ! Que chacun fasse son jardin en fonction de ce qu'il recherche ! Et puis, l'un n'empêche pas l'autre. Certains jardins offrent des aspects plus soignés aux abords de la maison pour laisser ensuite un foisonnement plus naturel vers la campagne . Bref on pourrait discuter de cela fort longtemps car c'est un thème passionnant .Merci pour ce beau moment d'humour et de dégustation de ton jardin .Sur la photo 7 , quelle est la plante avec ce beau feuillage tout léger ? Je ne reconnais pas . Bises Alix et encore bravo pour tes compositions .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tout le monde aura compris que je n'ai rien contre les jardins punks. Le propos est intéressant et est parfaitement adaptable dans certaines situations. Mon lieu de vie urbain est aux antipodes des espaces naturels de la campagne. Donc je m'adapte.
      C'est un choix de vie donc un choix de jardin. Je suis pour la cohésion et l'harmonie. Que chacun reste libre d'imaginer son cadre de verdure, dans le respect des différences. Effectivement, pas de dogme !
      Bises Maryse

      Supprimer
    2. S'il s'agit bien de la plante dont tu parles, c'est un jeune pied d'Anthemis 'Sauce hollandaise'.

      Supprimer
    3. Je me disais bien que je connaissais ! Merci Alix

      Supprimer
  11. Merci pour ce magnifique et bienfaisant bain de fleurs. Et ton article expliquant la genèse de ton jardin. A chaque jardinier son jardin. Je crois que l'essentiel est que celui qui y vit y trouve son bonheur. Ensuite nous avons chacun nos préférences pour tel ou tel type de jardin, de plantes...Pour ma part, je suis sensible à l'harmonie qui existe entre un jardin, la maison qu'il côtoie et leur environnement. J'aimerais voir ce jardin de Balleroy. Je suis en train de voir les jardins normands que je souhaite le plus visiter pour essayer de m'organiser un petit périple. Bonne soirée. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lors de vacances, j'ai visité le château de Balleroy mais pas le jardin d'Eric Lenoir car c'était en avril et trop tôt pour les roses. Tu imagines la frustration !
      Pas loin, il te faut absolument voir les jardins de Castillon-Plantbessin, à mon sens, le plus beau jardin de la région. Et ce n'est pas un jardin de roses...
      Bises Florence

      Supprimer
    2. Merci Alix pour ton conseil, ce jardin est effectivement en très bonne place dans la liste de ceux que je souhaite très fort visiter. Ton avis ne fait qu'accroitre mon désir. Si j'aime les roses, j'apprécie beaucoup d'autres styles et atmosphères. Il n'est pratiquement pas de jardin ou espace naturel dans lequel je ne trouve quelque chose de plaisant, ou qui me donne une idée pour mon lopin. J'espère que tu auras l'occasion de voir le jardin d'Eric Lenoir fleuri de toutes ses roses un jour. Beau week-end. Bises

      Supprimer