Description


Bienvenue sur mon site dédié aux roses anciennes et modernes. Laissez-moi vous conter l'histoire de jardins remarquables, vous présenter des roses méconnues ou oubliées, vous conseiller de beaux livres...

Ce blog d'amateur est parfaitement libre et indépendant, je ne perçois aucun avantage, aucune rétribution de qui que ce soit. Sa seule vocation est le partage d'informations. Si vous empruntez une photo ou un texte de mes articles, veuillez citer vos sources comme je le fais moi-même. Les photos ne sont pas libres de droit. Pas d'utilisation commerciale sans mon accord.

N'hésitez pas à laisser en message vos remarques, vos avis... J'y répondrai avec plaisir.

mardi 21 février 2017

La Virginale

rosier alba, non remontant.
Une nouvelle fois, nous sommes en présence d'un mystère à éclaircir. Quelle est cette merveille, conservée à la Roseraie de L'Haÿ-les-Roses, sous le nom La Virginale ?
photo de Valérie à L'Haÿ-les-Roses

La très pointue pépinière "Les Rosiers du Berry" en donne la description suivante : Buisson vigoureux, feuillage vert grisâtre ; fleur double rose carné pâlissant au blanc rosé, très proche de la variété Cuisse de Nymphe. Hauteur : 180 - 220 cm 
En 1912, le collectionneur Jules Gravereaux la jugea blanc pur mais il la confondit avec la variété La Royale (rosa alba regalis) qui est en fait la Grande Cuisse de nymphe.
Bizarre, bizarre, elle ressemble à s'y méprendre à la rose très ancienne rosa lacteola dont les synonymes sont les suivants (présentés parmi les rosiers alba, dans cette étude que j'avais faite) :

 
  • rosa lacteola (Joachim Camerarius, 1588)
  • rosa lacteola camerarii, centifolia (Basilius Besler, 1613)
  • rosa alba minor (Caspar Bauhin, 1623)
  • the lesser white rose (John Parkinson, 1629)
  • the white rose with smaller flowers and shrub of lower growth (Miller, 1754)
  • le petit rosier à fleur blanche (Duhamel du Monceau, 1755)
  • dwarf white rose (Weston, 1770) = la rose blanche naine
  • la rose blanche à cent feuilles (Brotier, 1779)
  • rosa centifolia lacteola (Rössig, 1802), gravure ci-dessous



Il se pourrait bien que rosa lacteola, dont on avait perdu la trace, soit tout simplement cette rose : La Virginale, dont le nom lui va à ravir.
photo de Rosemai, auteur du blog culte "Mon jardin de roses anciennes"
(http://rosemai.canalblog.com/)