Description


Bienvenue sur mon site dédié aux roses anciennes et modernes. Laissez-moi vous conter l'histoire de jardins remarquables, vous présenter des roses méconnues ou oubliées, vous conseiller de beaux livres...

Ce blog d'amateur est parfaitement libre et indépendant, je ne perçois aucun avantage, aucune rétribution de qui que ce soit. Sa seule vocation est le partage d'informations. Si vous empruntez une photo ou un texte de mes articles, veuillez citer vos sources comme je le fais moi-même. Les photos ne sont pas libres de droit. Pas d'utilisation commerciale sans mon accord.

N'hésitez pas à laisser en message vos remarques, vos avis... J'y répondrai avec plaisir.

mercredi 27 mai 2015

Echappée belle

Le ciel est à peine voilé, la lumière se fait douce, échappons-nous quelques instants à la découverte d'un monde romantique et gracieux.
Levons la tête et admirons les rhododendrons qui s'épanouissent majestueusement jusqu'à la cime des arbres. 


Les rosiers ont commencé leur spectacle à la mi-mai. La Baronne Prévost est sur le devant de la scène. Quel panache pour cette aristocrate aux grandes fleurs pleines d'un rose soutenu éblouissant ! Une vieille dame qui a encore beaucoup d’allure. 




A l'ombre, les myosotis font de la résistance mais ils sont rappelés à l'ordre par les geraniums cantabrigiense qui leur clament que c'est à leur tour de dévoiler leurs clochettes.


Notre œil est alors tour à tour sollicité par la délicatesse de Biokovo avec ses fleurettes blanches et par celles de son cousin, le geranium Cambridge, de couleur rose.



     


Un autre rhododendron, plus petit et rond, hisse avec entrain ses fleurs mauves évasées. 


Le weigelia n'est pas en reste. Sur ses rameaux vigoureux, naissent des trompettes rose argenté qui tranchent avec éclat dans le feuillage brun.




Enfin, avant même de le voir, nous percevons l'enivrant arôme de Hansa. Au détour d'une haie, ayant suivi sa piste, nous l'admirons dans son immense drapé émeraude. Port érigé, ce rosier a du caractère. Il n'est d'ailleurs, pour s'en persuader, qu'à tâter les redoutables épines qui truffent son feuillage rugueux... Et bien sûr, les fleurs sont à l'avenant, doubles et chiffonnées comme du papier crépon, d'un pourpre violacé irrésistible !





mercredi 20 mai 2015

Nuit de Chine

Hybride de thé obtenu en 1997 par Hans Jürgen Evers (Allemagne), diffusé par Tantau.
Je lui préfère son nom d'origine Astrid Gräfin von Hardenberg (comtesse Astrid de Hardenberg) mais reconnais que pour un non-germaniste, un tel nom de baptême est bien difficile à dire et à mémoriser. Qu'à cela ne tienne, l'appellation en français Nuit de Chine lui va comme un gant ! 
Pas trop attirée par les rosiers rouges habituellement. Mais celui-ci a échappé à la règle. Il a une tonalité vive au centre qui est adoucie par la teinte lie-de-vin des larges pétales de la périphérie. Ses roses ont une forme en coupe parfaite et elles s'épanouissent sans effort. C'est un rosier sans souci aux fleurs lumineuses.


     
Je l'avais d'abord planté en plein soleil mais sa belle couleur sombre passait bien trop vite sous les rayons brûlants. Je l'ai donc déplacé sous un poirier. Il est toujours situé vers le sud mais profite de l'ombre de l'arbre. Ses pétales ne grillent plus au soleil. 
Ce sont les boutons de rosier les plus foncés du jardin. Une couleur Bordeaux veloutée très élégante, presque noire. 
Immigré à l'ombre, le rosier a pris de l'assurance. Il s'est bien ramifié mais reste à l'état de buisson d'1m10 de hauteur. Il ne file pas vers le haut comme certains hybrides de thé. Son feuillage vert foncé est très mat.





Les rosiéristes affirment qu'il dégage "un parfum suave et épicé, une senteur captivante comme un parfum d'Orient". Mon odorat ne doit pas être assez développé car je n'ai jamais réussi à humer la moindre senteur... Et le climat est trop frais ici pour libérer ses effluves. Il faut donc surtout que je l'apprécie pour sa beauté.



lundi 11 mai 2015

En Bretagne : le parc aux camélias de La Roche-Jagu (22)

Aujourd'hui, je vous emmène en balade dans les Côtes d'Armor, au pays des plantes de terre de bruyère.
La Roche Jagu, c'est un très grand parc public, en total libre accès. Le terme exact est même plutôt domaine tellement l'endroit est vaste. Imaginez, 74 hectares répartis sur les flancs d'une colline avec en point de mire un château du XVe siècle et en contre-bas une rivière.
La grande tempête de 1987 fut un moment crucial dans la reconquête de ce lieu d'exception. Le Conseil général du département sollicita les compétences de l'architecte paysagiste Bertrand Paulet, pour concevoir un nouveau projet d'aménagement et révéler toute la force du patrimoine bâti et paysager des lieux. 



Désormais, le domaine labellisé "jardin remarquable" offre à ses visiteurs plusieurs espaces mêlant esprit contemporain et inspiration médiévale : un jardin de simples, l'incontournable potager avec ses carrés tressés en noisetier, un labyrinthe végétal, des vergers, une saulaie, des miroirs d'eau... 




Mais la vraie attraction en ce début de printemps, ce sont les camélias. A l'heure où les roses n'ont pas encore dévoilé leurs corolles, qu'il est bon de flâner le long des 1000 plants et environ 350 variétés de ces beaux arbustes florifères. On les rencontre d'abord alignés de chaque côté d'une allée. Puis, la balade se fait de plus en plus forestière. L'allée se ramifie en sentiers et le promeneur se perd dans un dédale de chemins herbacés, cerné de toutes parts par ces somptueux camélias. Des rouges, des roses, des blancs et de pittoresques chamarrés. 









































Puis surprise, on change radicalement d'univers ! Au creux du vallon, se niche une incroyable palmeraie, comme une oasis d'un pays des mille et une nuits. Très dépaysant.  





Arrivé en contre-bas du domaine, il est temps de prendre son courage à deux mains et de remonter le chemin ponctué de cascades et de jeux d'eau. En admirant une dernière fois ce paysage printanier.








Château et parc de La Roche Jagu
22260 PLOËZAL