Description


Bienvenue sur mon site dédié aux roses anciennes et modernes. Laissez-moi vous conter l'histoire de jardins remarquables, vous présenter des roses méconnues ou oubliées, vous conseiller de beaux livres...

Ce blog d'amateur est parfaitement libre et indépendant, je ne perçois aucun avantage, aucune rétribution de qui que ce soit. Sa seule vocation est le partage d'informations. Si vous empruntez une photo ou un texte de mes articles, veuillez citer vos sources comme je le fais moi-même. Les photos ne sont pas libres de droit. Pas d'utilisation commerciale sans mon accord.

N'hésitez pas à laisser en message vos remarques, vos avis... J'y répondrai avec plaisir.

vendredi 31 octobre 2014

L'été indien

Je vous parle de roses, de roses et encore de roses et je m'aperçois que les floraisons d'automne sont complètement passées sous silence. Pourtant, avec ce mois d'octobre si doux, le jardin est encore beau et fleuri.

Ce sont les asters, bien sûr, qui jouent les vedettes, talonnés par les gauras et certains géraniums vivaces. Le géranium "Rozanne" est indétronable sur le podium des plus florifères mais il est suivi de près par le géranium psilostemon "Bressingham Flair".

geranium Rozanne

geranium Bressingham Flair 

Les asters sont encore en fleurs mais ils sont tardifs ici. Il y en a même un, encore endormi, plein de boutons. J'espère qu'il va se réveiller avant l'hiver...

aster novi-belgii Victoria "Nathalia"




En plan rapproché, au soleil et à l'ombre, quels jolis petits pompons rose bonbon :


Dans un autre massif, en bordure, voici un petit cultivar aux fleurs presque bicolores.

aster crown "Duke"

Presque la même couleur pour celui-ci, le charme du petit coeur jaune en moins.


aster novi-belgii Victoria "Mathilde"

Il y a aussi quelques roses par ci par là. Ce sont les floribunda qui tirent le mieux leur épingle du jeu.
Le rosier paysager Louis Blériot est une merveille. Il a un feuillage sain et touffu et fleurit sans discontinuer.

Louis Blériot (Meilland, 2008)




Il tient compagnie au rosier Fée des neiges, qui fête sa troisième floraison de la saison. Son feuillage est plus clairsemé que celui de son voisin mais il illumine ce coin ombragé.

Fée des neiges (Kordes, 1958)



Je vous souhaite un bon week-end sous le soleil.
Profitons de ces deux derniers jours de vacances au jardin.


dimanche 26 octobre 2014

Chantal Mérieux

hybride moderne de la série Generosa (Guillot),
obtenu en 1999 par Dominique Massad (France).


Quand ses boutons rose pur s'ouvrent en larges coupes pleines de pétales tourbillonnants, je reste toujours stupéfaite devant tant de beauté. Ses roses, peu à peu, s'épanouissent jusqu'à devenir bombées avant de s'éparpiller en un nuage de pétales rose argenté.







C'est un de mes rosiers préférés au jardin. Sa ramure est un peu dégingandée : ni souple, ni raide. Il a de redoutables aiguillons,  mais c'est un remontant fidèle et très généreux.

Je le soupçonne d'être un rejeton de Constance Spry tant ses effluves embaument la myrrhe. Il y a même une pointe de muguet dans ce parfum puissant.

Son feuillage vert franc est brillant et gaufré. Il reste assez sain avec de bons soins.

Une très belle réussite de la maison Guillot.








vendredi 17 octobre 2014

En Normandie : le jardin Plume, près de Rouen (76)


sous le regard de Joëlle et Gilles Le Scanff-Mayer
éditions Ulmer, 2008 


Je viens de terminer la lecture de cet ouvrage dédié au jardin Plume.

Page après page, j'ai humé l'ambiance très automnale de ce lieu enchanteur : une savane de graminées et de plantes herbacées.

Nichée au sein d'un verger plat, cette vaste étendue, empreinte à la fois de légèreté et de rythmes, n'est pas sans rappeler les réalisations hollandaises de Piet Oudolf ou de Jaap de Vries.

Une vision du jardin très contemporaine donc, avec des scènes foisonnantes et d'autres volontairement dépouillées, comme ce miroir d'eau à fleur de gazon. 


Le jardin Plume, c'est un méli-mélo de fleurs légères et de plumeaux : calamagrostis acutiflora "Karl Foerster", thalictrum delavayi "Hewitt's double", adenophoraverocanistrum virginicum "Album" et "Fascination", aster umbellatus, scuttellaria incana...


Imaginés il y a 17 ans par Patrick Quibel et son épouse, ces "carrés d'herbes" sont tour à tour très structurés et très sauvages. Entrer dans ce jardin, c'est s'immerger dans une masse de plumes et de fleurs, de senteurs et de caresses, de saveurs et de lumières.

(crédit photo : Marian Boswall)

Perdu au milieu des achnaterum, anémones japonaises "Whirlwind", miscanthus sinensis "Saturnia", cimicifuga ramosa "Brunette", asters frikartii "Mönch", helianthus atrorubens "Monarch", persicaria orientalis, melica ciliata, sanguisorba officinalis "Arnhem"....


Pour parfaire la visite, je vous propose de regarder "Au fil du jardin Plume", un court-métrage de Georges Rouzeau, consacré à ce paradis des graminées.

Ecoutons en musique sa créatrice Sylvie Quibel, pour une histoire tout en finesse.





Le jardin Plume
790 rue de la Plaine
76116 AUZOUVILLE-SUR-RY


vendredi 10 octobre 2014

Souvenir d'Auguste Rivière

Hybride remontant obtenu en 1877 par Eugène Verdier.

La roseraie de L'Haÿ recèle vraiment d'incroyables trésors. Quelle belle découverte que ce beau ténébreux, insolent de prestance et de santé !




C'est l'un des plus exquis rosier pourpre que j'ai rencontré. Il prodigue des bouquets de fleurs d'une perfection absolue. En coupe à l'éclosion, elles s'ouvrent en rosette à quartiers, pareilles à des nids de menus pétales veloutés.




On aperçoit au centre de chaque corolle un timide petit oeil jaune. 

Vigoureux et bien ramifié, le buisson produit de robustes pousses vert mat très épineuses. 

Se défendrait-il contre la cueillette ?



Loin de moi l'idée de jouer la machiavélique tentatrice, mais j'ajoute en passant que ce bijou est heureusement disponible chez un rosiériste bien connu...




lundi 6 octobre 2014

Frédéric Mistral

mis au commerce en 1995, obtenu par Meilland.

J'ai longtemps résisté à l'attrait de ce rosier, croyant injustement qu'il serait trop raide pour avoir de la grâce. C'est bien souvent le cas pour les hybrides de thé.

Et bien pour celui-ci, pas du tout ! Il a un port aéré et souple et une certaine nonchalance qui me va bien. En plus, pour un rosier Meilland, il porte le nom d'un personnage célèbre et pas celui d'une vedette, ce qui est tout de même plus charmant. 






Il a le feuillage fin et mat des rosiers Bourbon et les effluves qui vont avec : extraordinaires !

Il embaume l'atmosphère de sa senteur fruitée : des notes de prune et d'abricot, selon son obtenteur. Je n'arrive pas à saisir toutes ces subtilités. En un mot, son parfum est vraiment très très puissant.

Ses fleurs de taille moyenne apparaissent solitaires et se parent d'un délicat rose bonbon. Elles ne craignent pas la pluie. 



La floraison de septembre est toujours plus belle et plus fournie que celle du printemps. Il a encore plusieurs boutons à ce jour. Ce poète aime la chaleur...
Pour cette raison, je le taille plus tard que les autres en fin d'hiver, afin de ne pas compromettre sa floraison.




C'est vraiment un rosier Meilland qui mérite une place au jardin pour sa présence facile et l'opulence de son parfum. Un beau compromis entre rose ancienne et rose moderne.