Description


Bienvenue sur mon site dédié aux roses anciennes et modernes. Laissez-moi vous conter l'histoire de jardins remarquables, vous présenter des roses méconnues ou oubliées, vous conseiller de beaux livres...

Ce blog d'amateur est parfaitement libre et indépendant, je ne perçois aucun avantage, aucune rétribution de qui que ce soit. Sa seule vocation est le partage d'informations. Si vous empruntez une photo ou un texte de mes articles, veuillez citer vos sources comme je le fais moi-même. Les photos ne sont pas libres de droit. Pas d'utilisation commerciale sans mon accord.

N'hésitez pas à laisser en message vos remarques, vos avis... J'y répondrai avec plaisir.

vendredi 28 mars 2014

Pépinière Lepage "Bord de mer" (1/2)

Au cours d'une escapade en Bretagne, j'ai fait une halte dans ce temple des plantes vivaces et arbustes. Implantée en région de sol acide, la pépinière propose des végétaux de terre de bruyère et notamment une riche collection d'hortensias. J'ai pu aussi admirer des camélias de toute beauté, en pleine période de floraison.





La terre ici étant au contraire très calcaire (une vraie gageure d'y cultiver des rosiers, je me ruine en produit anti-chlorose !), ce sont les géraniums vivaces qui ont retenu mon attention.




J'ai ainsi rapporté trois petits godets :

un géranium sanguineum album (3 €),
à la floraison blanc pur et qui devrait rester compact et bas.




un géranium pratense Dark Reiter (3,90 €) au feuillage découpé chocolat et aux fleurs lavande.





un géranium sanguineum Yannis (3,90 €),
une exclusivité de la pépinière Lepage, aux fleurs mauve rosé.

J'espère qu'il sera aussi florifère que les autres sanguineum installés au jardin.


La suite des achats dans le prochain article...












Pépinière Lepage
Route départementale 65
22560 PLEUMER-BODOU


mercredi 26 mars 2014

En Normandie : Fête des Plantes à Honfleur (14)

Cette 7ème édition printanière de « Passionnément Jardin » rassemblera de nouveau 80 exposants le temps d'un week-end. Une belle occasion d'aller notamment sur le stand des Roses Loubert.





samedi 26 avril 2014
dimanche 27 avril 2014

Un véritable patchwork haut en couleurs et en senteurs, installé au jardin public de Honfleur, dans le Calvados.
Horticulteurs, pépiniéristes, rosiéristes, paysagistes et distributeurs en mobilier et décoration de jardin seront au rendez-vous.

vendredi 21 mars 2014

L'Evêque

ou Belle Evêque, le Rosier Evêque, la Rose Evêque. Certainement une obtention des Pays-Bas.

Ce rosier gallique est mentionné dès 1790, dans le catalogue du sieur François, jardinier du Roi à Paris, qui importait des roses hollandaises.

Le pépiniériste Guerrapain nous livre des indications très précieuses en 1811 :
" L'Evêque a le bois et le feuillage des Provins mais cette rose est plus tardive à la floraison ; elle a au moins deux pouces de diamètre, très double. Les pétales, d'un beau pourpre velouté, sont d'une belle forme. Elle a une odeur douce. "
Il s'agit peut-être de la rose évêque de Malines (la ville de Mechelen, dans l'actuelle Belgique), citée dans le catalogue de vente des rosiers de M. Van Cassel, en 1813.

Le sieur Audibert, marchand grainetier à Tonelle (Bouches-du-Rhône) le propose aussi dans son catalogue de 1817, sous le nom belle Evêque et la version latine rosa gallica purpureo violacea magna.

En 1818, Pronville la dépeint comme une très belle variété aux fleurs grandes, doubles, de couleur violette un peu striée, piquetée quelquefois de petits points blancs. Mais il lui associe le nom anglais Bishops (sic) avec la traduction "rose évêque".

En 1821, le botaniste Thory en donne une longue description :
" Très belle variété aux tiges un peu rougeâtres, armés d'aiguillons recourbés.... Les fleurs, légèrement odorantes, sont d'un beau pourpre violet.... "
Redouté l'illustre d'une aquarelle dans leur célèbre recueil sur les roses :



Ce gallique semble en tout cas différent du centifolia The Bishop (malgré la traduction littérale anglaise) auquel il est souvent associé.

Voici l'exemplaire que j'ai au jardin et qui est vendu par nombre de rosiéristes. Un bel arbuste rond au feuillage fin et touffu, très sain, d'aspect hybridé de Chine. On note au premier regard que boutons, pédoncules et feuillage ne correspondent pas aux descriptions botaniques d'époque. Il ne s'agit sans doute pas du rosier historique. Une très belle rose tout de même.



Et voilà l'exemplaire conservé à la roseraie de L'Haÿ-les-Roses :





Sources :
  • GUERRAPAIN, Almanach des roses dédié aux dames, Troyes, 1811.
  • Catalogue de la très riche collection de rosiers chez M. Van Cassel " - Gand, 1813.
  • Catalogue des végétaux de tous genres cultivés dans les jardins et pépinières du Sieur Audibert, Tarascon, 1817.
  • REDOUTE / THORY, Les roses, tome 1, Paris, 1817
  • DE PRONVILLE, Nomenclature raisonnée des espèces, variétés et sous-variétés du genre rosier, Paris, 1818. 
  • REDOUTE / THORY, Les roses, tome 2, Paris, 1821

samedi 15 mars 2014

Catalogue roses Guillot printemps 2014

Pour la dernière commande de l'hiver, j'ai choisi la maison Guillot.

(en couverture le rosier grimpant Dream Weaver)


Deux rosiers au charme des roses anciennes rejoignent le jardin :

Souvenir d'Alphonse Lavallée, un Hybride Remontant (Verdier, 1884) au parfum capiteux et à la couleur veloutée d'un riche framboise cramoisi.

J'ai hésité avec Souvenir du Docteur Jamain, un autre Hybride Remontant, très beau aussi mais dont le coloris semble plus grenat foncé et les fleurs moins pleines. A suivre...

Souvenir d'Alphonse Lavallée (photo de Grace)

 
Elodie Gossuin, une jolie obtention de 2008 du talentueux Dominique Massad. Avec la promesse d'effluves aux notes d'agrumes, de poivre blanc et de myrrhe.

Elodie Gossuin (photo Alain Delavie)

Chacun aura droit à sa notice détaillée quand je pourrai les photographier cet été.
 

vendredi 7 mars 2014

Cardinal de Richelieu

Hybride de rosier gallique, obtenu vers 1840-1846, par Louis Parmentier, à Enghien (Belgique).
Voici un grand classique parmi les roses anciennes. Ses fleurs de taille moyenne sont pleines et présentent un coloris violet très foncé, tirant sur le parme noirâtre. Le bord des pétales est carmin.

C'est un hybride de gallique et de rosier de chine, peu épineux, très florifère mais très délicat. Son feuillage fin aime être soigné chaque printemps, car sinon, gare au marsonia... J'ai trouvé la parade : il faut éliminer les vieilles branches pour aérer l'arbuste.
 

Lorsqu'on les froisse, les feuilles dégagent une odeur poivrée assez douce. Les fleurs en pompons inodores naissent en bouquet et palissent en mauve cendré. 


Au plein épanouissement, elles découvrent leur cœur blanc.




Source :
SINGER, Dictionnaire des roses, tome 1, Bruxelles, 1885.



lundi 3 mars 2014

Yolande d'Aragon

obtenue en 1843 par Vibert. Un rosier Portland qui peut être aussi classé en Hybride Remontant.

Une rose pourpre vif, presque écarlate, au bord rose lilas tendre.
La fleur est grande, pleine, d'une magnifique végétation en corymbes.

Source : SINGER, Dictionnaire des roses, Berlin, 1885.


L'arbuste, un peu compressé, est très vigoureux. Mais, c'est surtout son riche parfum sucré que l'on retient. Exceptionnel.