Description


Bienvenue sur mon site dédié aux roses anciennes et modernes. Laissez-moi vous conter l'histoire de jardins remarquables, vous présenter des roses méconnues ou oubliées, vous conseiller de beaux livres...

Ce blog d'amateur est parfaitement libre et indépendant, je ne perçois aucun avantage, aucune rétribution de qui que ce soit. Sa seule vocation est le partage d'informations. Si vous empruntez une photo ou un texte de mes articles, veuillez citer vos sources comme je le fais moi-même. Les photos ne sont pas libres de droit. Pas d'utilisation commerciale sans mon accord.

N'hésitez pas à laisser en message vos remarques, vos avis... J'y répondrai avec plaisir.

mercredi 28 septembre 2016

Feeling

Hybride de thé obtenu par Meilland, commercialisé en 2010.
Le temps me manque pour rédiger des articles de fond alors je vous offre aujourd'hui un bouquet de roses bien joufflues. 
Séquence nostalgie, j'ai retrouvé ces clichés des roses de Feeling, un rosier de la gamme Romantica de Meilland, que je cultivais dans mon précédent jardin. Une veille de départ pour une occasion festive, j'avais coupé toutes les tiges à fleur pour former cette brassée plantureuse.


Ce Feeling, on dirait vraiment un rosier de fleuriste car ses fleurs sont portées par des branches solides et elles tiennent plusieurs jours en vase. Elles sentent fort le thé. Cette couleur satinée enchante l'oeil. 



Comme de nombreux rosiers Meilland, le buisson de forme évasée déconcerte par sa robustesse. Les branches sont trop raides, trop épaisses. Le feuillage reste très sain mais clairsemé. C'est dommage car la rose est grande et belle. Un peu plus de souplesse dans le port aurait instiller grâce et naturel à cette obtention à l'ancienne. 
Finalement, mieux vaut le réserver à un fond de massif (il atteint 1m20) et camoufler son pied avec un geranium vivace, style 'Brookside', au bleu outremer. On appréciera mieux sa généreuse floraison. 

mercredi 14 septembre 2016

En Bretagne : la roseraie du Pressoir (35)

Né à Rennes, Jacques Pennec, la quarantaine souriante, a déjà eu plusieurs vies. Il a travaillé pour la Banque de France, l’Armée, une poissonnerie... Mais une blessure au dos l'a contraint à changer de voie. Une nouvelle fois.
« J’aime être dehors. Je ne faisais pas attention aux fleurs avant, je voulais juste les regarder. Ma mère avait jusqu’à 200 rosiers ! J’ai donc quand même baigné dans ce milieu. »
Sa passion pour le jardin et les roses a débuté voilà 12 ans. Il a aménagé progressivement les lieux en édifiant des allées couvertes et en imaginant différents parterres. Et le déclic est venu en rencontrant la responsable de la pépinière de la Peignie, spécialiste de roses anciennes, dans le Morbihan.
 

« Je n’avais jamais vu d’aussi beaux rosiers : Dentelle de Bruxelles, Claire Austin, Strawberry Hill... J’avais envie de tous les avoir avec leurs couleurs et leurs parfums. Je me suis ensuite inspiré de David Austin, créateur de 200 roses anglaises. J’ai tout appris seul. »
Ainsi, sur sa propriété qui s’étend jusqu’aux rives de l’Yaigne, Jacques Pennec a conçu un jardin de 3 500 m2 avec 170 variétés de roses anciennes, modernes et anglaises. Il a aussi créé des massifs avec des plantes vivaces pour les accompagner et avoir d’autres floraisons, d’autres couleurs, tout au long de l’année : géranium, orpins, iris, hostas, clématites…

Pour planter les rosiers, ce passionné a creusé plus de 300 trous et a retrouvé beaucoup de fers à cheval, qui décorent désormais la roseraie. Car avant, c’était le Domaine du Pressoir et il y avait une étable et des animaux.
Les bêtes ne sont plus mais le jardin surplombe toujours magnifiquement l'étang du château du village. On aperçoit d'ailleurs les tours de l'édifice seigneurial depuis le jardin. Un beau décor d'arrière-plan.
 
Jacques a inventé aussi un petit potager médiéval de quatre carrés avec des branches entrelacées, tout autour, pour clôturer. Au Moyen Age, c’était la façon de se protéger des animaux et des voleurs. Il y a planté des topinambours, de la guimauve (plante que l’on trouve en bord de mer pour faire de la confiserie), des fèves, des choux, des racines de Raifort, de la livèche et de la raiponce (anciens légumes qui remplaçaient les épices).
La propriété compte également un poulailler avec des marans, des faverolles et des poules rousses, sans oublier la cabane en bois pour se reposer. Jacques a installé aussi de nombreuses arches, rectangulaires en bois ou cintrées en métal. Les rosiers grimpants s'épanouissent à merveille.  Cela donne beaucoup de faste au jardin. 
« J’aime créer des choses, me dépenser. J’ai besoin d’avoir une activité physique en plein air, ça m’occupe l’esprit. J'ai ouvert le jardin au public, sur les conseils de plusieurs amis et de ma famille. Mais il faut être là et cela demande des sacrifices.  
Je peux passer toute la journée dans mon jardin. Je n’en visite pas d’autres car j’ai trop de choses à faire ici. J’ai le projet de continuer d’améliorer mon jardin et de concevoir une cascade. J’aimerais trouver un artiste qui expose l’année prochaine, des sculptures par exemple. Je vais aussi proposer mes services aux particuliers », conclut le jardinier.
Propos recueillis par Benjamin Cheneviere
Photos prises par Michèle (dhm)

Le jardin de roses du Pressoir
20 rue au Prévot
35410 CHATEAUGIRON
tél : 02 99 37 54 30

Sources :
Arrêt sur image par Ladymiche
Le journal de Vitré
Le journal Ouest France

lundi 22 août 2016

Jardins de rêve en Provence

Quitte à braver la chaleur (je n'ai pas vu une goutte de pluie depuis des lustres), autant prendre le large et s'évader vers une autre contrée du Sud. Destination la Provence pour ce mois d'août.
quel idéal lieu de villégiature, Cassis, joyau de la Provence, en bord de Méditerranée 


Qui dit vacances et farniente au bord de la piscine, dit lecture "locale" allongée dans le transat. J'ai donc emporté dans ma valise un guide touristique et ce livre d'art, bien décidée à y puiser l'inspiration.  
Car c'est décidé, adieu les massifs à l'anglaise, le jardin va prendre une allure méditerranéenne.  
Il faut se rendre à l'évidence : les rosiers, écrasés par le soleil, ont une floraison trop brève dans le Midi. Je garde bien sûr ceux que je cultive déjà, mais je vais introduire désormais d'autres plantes, plus adaptées à la sécheresse (germandree, ciste, myrte, gattilier, pittosporum, perovskia, helicrysum italicum, polygala myrtifolia, santoline, thym, romarin, gauras, lauriers roses, etc ...)


Edition Aubanel, 2004
Auteur : Louisa Jones  Photographe : Bruno Suet
30 créations contemporaines en Provence, c'est exactement le livre qu'il me faut. Ces jardins "paysages" sont superbes. Graphiques, sculptés, heureux mariages entre le minéral et le végétal, ils représentent ce que j'aime, l'ordre et l'élégance.
Un petit bémol tout de même,  l'auteur présente des jardins monochromes, avec des feuillages denses et peu de fleurs. Que de vert ! Selon Louisa Jones, "contemporain" signifie "chlorophylle bien ordonnée". Son style est littéraire et axé sur l'histoire et l'architecture des jardins. Son propos manque de descriptions botaniques.
Finalement, j'ai une vision plus colorée des espaces provençaux... Ainsi, pour vous donner un aperçu de ma conception d'un jardin de cette région, voici quelques photos de lieux, célèbres ou non, qui illustrent la beauté des terres du Sud-Est. (A ne pas confondre avec les jardins littoraux de Côte d'azur, plus exotiques, chérissant les palmiers et les cactus).
Magiques !

un principe : pas trop de pelouse, beaucoup de graviers

des dégradés de vert et d'argent, des feuillages persistants, des restanques 

les 3 piliers du jardin provençal :
l'olivier, le cyprès, la lavande
(je les ai déjà, un bon début...)

de la couleur, par touche subtile, centranthus ruber

l'art topiaire, un grand classique ici


je voue une fascination pour les cyprès, fuseaux élancés vers le ciel.
cupressus sempervirens 'Stricta' 

créer une ligne de fuite pour entraîner le regard au loin

varier les hauteurs pour insuffler du rythme  


des graminées, belle association avec la lavande 

et la pierre, toujours la pierre, en dallage ou muret de pierre sèche

teucrium fruticans, taillés en boule (à copier)

une touche de pourpre, à copier aussi

jardin en pots, de terre cuite, bien sûr

hardenbergia violacea 'Meema'






le figuier et les buis tout ronds, j'ai aussi en stock 

le bleu du perovskia atriplicifolia, à prévoir

des roses claires pour égayer le vert, The Fairy sera parfait

cistus monspeliensis




et des rosiers grimpants Iceberg car on ne se refait pas !

Jardins d'inspiration :
le Mas de Berard, à Saint-Rémy-de-Provence (13), chez Vicki Archer
le Jardin de la Louve, à Bonnieux (84), imaginé par Nicole de Vésian
le Clos des Lavandes, à Lacoste (84)
le Jardin de l'alchimiste, à Eygalières (13)