Description


Bienvenue sur mon site dédié aux roses anciennes et modernes. Laissez-moi vous conter l'histoire de jardins remarquables, vous présenter des roses méconnues ou oubliées, vous conseiller de beaux livres...

Ce blog d'amateur est parfaitement libre et indépendant, je ne perçois aucun avantage, aucune rétribution de qui que ce soit. Sa seule vocation est le partage d'informations. Si vous empruntez une photo ou un texte de mes articles, veuillez citer vos sources comme je le fais moi-même. Les photos ne sont pas libres de droit. Pas d'utilisation commerciale sans mon accord.

N'hésitez pas à laisser en message vos remarques, vos avis... J'y répondrai avec plaisir.

samedi 12 mai 2018

Ode au buis

Ode aux buis, 
oui, hommage à cette merveilleuse plante, rustique, d'un vert rutilant, si docile à la taille et si douce au regard quand elle est taillée en belle boule potelée.
J'aime les buis et je ne conçois pas mon jardin sans eux. Ils apportent de la structure et exhibent leurs formes généreuses et denses, au feuillage persistant, quand les rosiers s'effacent en hiver. Ce sont eux qui deviennent les stars. Sculptés en sphère, en cône, en cube, en ondulation,  en spirale, ils se prêtent à toutes nos fantaisies de taille.
Le vieux Logis, à Tremolat (Dordogne)

Les buis se plaisent aussi bien en pot, qu'en pleine terre. Ils bravent toutes les expositions, toutes les intempéries, sans faillir. Ils peuvent vivre de nombreuses années. Ils sont presque indestructibles...
Que seraient, sans ces formidables arbustes, les jardins remarquables du Périgord qui ont bâti leur réputation bien au delà de nos frontières ?
Jardins suspendus de Marqueyssac, à Vezac (Dordogne)

Alors quand je vois que des jardiniers ne souhaitent plus s'occuper d'eux et les rejettent sous prétexte qu'une vilaine chenille est un peu trop gourmande, la tristesse et l'effarement m'envahissent.

Jardins du manoir d'Eyrignac, à Salignac-Eyvigues (Dordogne)


    Ne baissons pas les bras.
Qui donc est le maître au jardin ? La pyrale ou le jardinier ?

Comme beaucoup d'entre vous, mes buis sont atteints depuis plusieurs années. J'ai choisi mon camp et je refuse de me laisser abattre par une larve de papillon, qui veut déguster les feuilles de mes topiaires. 

Ainsi, à chaque printemps, je sors le pulvérisateur et ma quinzaine de topiaires de buis passe à la douche.

Il existe un insecticide bio très efficace : le Bacillus thuringiensis. Quelques grammes de cette bactérie en poudre, dilués dans l'eau, suffisent à anéantir toute la colonie de pyrales de l'année. En 2017, je n'ai traité mes buis qu'une seule fois.

A ce jour, ils se portent à merveille.


Sauvons nos buis
A découvrir :
http://marqueyssac.com

21 commentaires:

  1. Hé bien dis donc , tu ne mâches pas tes mots .
    C'est clair et net ! Perso , je n'ai jamais trop aimé les buis et JL détestait leur odeur de "pipi de chat" !Mais nous en avons introduit quelques uns malgré tout.Et ce printemps ...Bingo ! La pyrale ! J'ai voulu tout enlever mais mon fils nous a convaincu de ne pas le faire .Alors on se lance dans le Bacillus .A quelle époque traites tu les tiens ? La date doit être très importante .N'est ce pas trop tard? Bravo pour ton ode même si je ne suis pas trop buis ! Bises et bon dimanche Alix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'apparition de la première pyrale de l'année signe le top départ de l'extermination ! En général, en avril. On le voit tout de suite car les feuilles sont recroquevillées comme par une mini toile d'araignée blanche. La mise à mort est manuelle au départ. Je scrute mes topiaires une à une et j'écrase les chenilles entre les doigts. Puis, vient la douche. Les mois suivants, je jette un oeil. Je ne pulvérise pas SI je ne vois pas une nouvelle attaque.
      Il n'est jamais trop tard. Il faut garder confiance.
      Bises Maryse

      Supprimer
  2. Il y a buis et buis....
    Enfant j'ai connu les gros buis pipi de chat d'Afrique du Nord, et j'adorais , même leur odeur, chauffés au soleil, des costauds.
    J'ai vu les buis sauvages du massif de Chartreuse, encore en bon été, maintenant je sais qu'ils sont très amochés par la pyrale.
    Je suis allée à Marqueyssac où j'ai admiré le travail sur les buis de l'entrée et les autres. Je suis triste aussi pour le jardin du Prieuré de Vauboin où le buis domaine et où les vieux buis du coteau on fait l'objet de tailles exceptionelle.
    MAIS concernatn les buis ds jardiniers du dimanche, je suis plus réticente. Ce sont eux qui ont bien involoatairement introduit cette saleté en acheté des buis atteints à des négociants peu scrupuleux: on vend encore sciemment avec la boite de produit des buis avec chenilles incorporées.... Alors après avoir piégé quelques papillons, traité l'an dernier, je me fais un devoir de renoncer à 4 boules et un cône, 10 ans de tailles, boutures et autres.
    Belle ode au buis en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et pardon pour les fautes de frappe !

      Supprimer
    2. Merci pour ton témoignage Catherine, même si je vois que je n'ai pas réussi à te convaincre !
      Je ne pense pas qu'il y a buis et buis. Il y a sans doute des jardins remarquables plus urgents à sauver que d'autres mais chacun d'entre nous peut lutter.
      Mon petit jardin n'a rien de remarquable mais je ne me considère pas non plus comme une jardinière du dimanche ! Je m'applique beaucoup, je me documente beaucoup et je ne souhaite pas voir tous mes efforts anéantis.
      Je ferai donc tout mon possible pour conserver mes 17 boules de buis !!

      Supprimer
  3. Coucou Alix
    C'est un gros cri du coeur que tu lances là et de belle façon
    contrairement aux vrais fans de buis dont je ne suis pas d'ailleurs, j'avoue que ce végétal doit bien avoir son intérêt au jardin, je leur préfère le petit if monté en nuages, un peu dans le genre topiaire sur pied tu vois
    Je te dirais que comme pour les frelons et les scarabées ou coccinelles envahissantes, ce sont les containers dans lesquels ont été transbahutés des objets ou végétaux que l'on aurait du traiter à leur arrivée sur notre territoire, ça aurait surement interrompu le va et vient de ces saletés de bestioles qui désormais sont installées en france, je viens de découvrir que notre région est touchée par le moustique tigre, le danger est encore plus grand car avec lui des maladies graves vont se déployer alors que rien n'est fait pour le combattre, c'est déplorable
    HIer chez ma maman j'ai vu son buis totalement bruni par l'invasion de ces chenilles, il ne restait que des branches vertes, le reste n'était plus que ruine
    J'espère en tout cas que tu réussiras à conserver ceux qui sont dans ton jardin
    Je te souhaite un très beau dimanche, chez nous la pluie vient d'arriver
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma copine,
      mes voisins traitent aussi leurs buis et le grand parc public de ma ville, qui entretient des kilomètres de bordures de buis, est très investi aussi dans la lutte. Heureusement qu'il subsiste des jardiniers volontaires. J'ai discuté avec les employés municipaux. Ils jugent le Bacillus comme le plus efficace, moins les pièges à phéromones. Je n'ai donc pas testé ces derniers.
      Dommage pour le buis de ta mère. Quand la plante est décimée, autant l'arracher et... en racheter un autre !! 😃😃😃

      Supprimer
  4. Dans une jardinerie j'ai vu une dame prendre tout un traitement annuel, le produit et le diffuseur à phéromones pour éloigner les indésirables chenilles, le traitement coûte près de 180€ pour une année complète, pas donné. Je note ton produit dans mon carnet mais ne sais s'il est vendu en Belgique. Je ne possède qu'un buis qui doit faire environ son mètre de diamètre, nous le taillons régulièrement et lui mettons un engrais spécial. Et dire que voilà 10 ans c'était une toute petite chose de rien du tout qui est restée en pot quatre ans avant de finalement atterrir au jardin où il a bien prospéré. Belle semaine à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette dame était très motivée. Heureusement, on n'est pas obligé de faire de telles dépenses pour se débarrasser des pyrales. Le produit que je présente m'a coûté 10 euros, il y a 2 ans ! Il reste même encore un peu de poudre dans le sachet. Inutile donc de sortir l'artillerie lourde, à moins d'avoir 50 topiaires !!
      Si tu n'as qu'un seul buis, cette histoire de pyrales est de la rigolade. Faut juste que tu le surveilles de temps en temps.
      A bientôt Siam

      Supprimer
  5. Comme toi j'aime passionnément les buis. J'ai mon jardin depuis dix ans et je bichonne les petites boules que j'avais acheté au début et qui à l'époque étaient plantées en pot...Pas de problème jusqu'à l'année dernière: un des plus jeunes a été attaqué et je n'ai pu le sauver! Cette année mes 4 buis restants étaient magnifiques, je les surveillais et un jour j'ai découvert des parties rongées et ces sales bêtes à l'intérieur! j'ai acheté immédiatement un produit comme le tien à pulvériser mais pas de piège à phéromone (trop cher) Depuis je surveille, je les pense sauvés et même si certaines parties sont rongées c'est assez peu étendu et ils sont toujours beaux..pourvu que le papillon ne revienne pas pondre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tes buis ont déjà été infestés, malheureusement l'ennemi est en place et risque de revenir tous les ans. J'ai remarqué que les larves sont surtout sur les jeunes pousses bien tendres. Mes vieux buis, au feuillage plus coriace, sont rarement atteints.
      Les topiaires qui sont taillées sont donc aussi moins vulnérables.
      La meilleure défense est la capture physique des chenilles. Elles ne sont pas urticantes.
      Sinon, j'ai l'impression que la ponte s'apparente à des petits oeufs minuscules bleu ciel. Je secoue mes topiaires en passant rapidement la main sur les feuilles, pour les faire tomber.
      Jusqu'à ce jour, toutes ces petites techniques de défense sont efficaces mais il faut rester vigilant.
      Bon courage

      Supprimer
  6. Bravo!
    Je suis d'accord , on doit se défendre!
    Je n'ai pas l'habitude de poser les armes facilement; alors je traite mes buis, bon 4 seulement.
    Deux sont très atteints, les autres vont bien.
    Malheureusement un seul traitement par an ne semble pas suffire , je vais au moins essayer pendant qq années , après on verra....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un bel enthousiasme !
      Contente, Dany, de voir un tel soutien.

      Supprimer
  7. Il y a quelques jours, j'ai vu un buis attaqué à la jardinerie J'ai oublié d'en parler avec le responsable Je pense qu'il faudrait suspendre la vente, le temps que les choses se calment et évidemment ne pas vendre de buis malades même si le bacille est efficace. Il ne tue pas que les pyrales. Elles sont arrivées chez moi il y a trois ans, j'ai traité ma dizaine de boules et mes deux petites haies, la première année mais comme c'est dangereux pour d'autres chenilles, depuis deux ans, c'est cueillette manuelle. Pour mes buis et ceux des autres, je lutte. Mes buis ont fait cette année des pousses magnifiques, je pourrai les tailler. Mais je reconnais que cela prend du temps de les "éplucher", et que mes buis ne sont pas très grands. Je comprends que la lutte avec le bacille soit nécessaire là où les buis sont grands, anciens ou nombreux, et trouve dommage que les gens jettent l'éponge parfois un peu vite. Mais je ne suis pas à leur place.
    Bon courage dans ta lutte et longue vie à tes buis.Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme toi, j'ai vu en jardinerie des buis attaqués. Il est honteux qu'ils soient mis à la vente.
      Au cas où le Bacillus tuerait aussi des chenilles inoffensives, je privilégie toujours en premier lieu l'élimination manuelle. Le traitement vient en second et uniquement quand il est nécessaire. De toute façon, les pulvérisations de prévention sont peine perdue car le Bacillus thuringiensis est une bactérie de vie courte, qui risque de ne plus faire son oeuvre au moment de la vraie attaque.
      Bises Florence

      Supprimer
  8. J'adore aussi les bis et les topiaires en général. J'ai la chance d'en avoir un très vieux a jardin qui jusqu'à présent semble être en bonne santé en dehors d'une petite brûlure des jeunes pousses lors du dernier gel. Je n'en achète pas en jardinerie et les petites pousses que j'ai eu viennent d'un jardin d'un lycée agricole donc j'espère qu'ils resteront indemnes.
    Je m'intéresse beaucoup aux odeurs d'aromatiques qui peuvent éloigner les bébëtes, donc je cherche au cas où !!!! merci à toi pour cette très belle ode Alix, il le vaut bien.Bizzzh

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les pyrales ne seraient donc pas encore arrivées jusqu'à ton cottage. Quelle chance ! Profite de ces moments d'insouciance car après c'est la guerre !
      Bises, enfin sous le soleil.

      Supprimer
  9. Après m'être lancées dans mes 98 boutures de buis il y a quelques année,s je ne suis pas prête de renoncer non plus! Le piège à phéromones est prêt, inspection régulière, bacille au cas où (je ne m'en suis servie qu'une seule fois l'an dernier, mais je préfère éviter) mais avant je fais déjà manuellement puis passe les buis au karcher dans le milieu (ça c'était l'an dernier, c'est un karcher basique, pas très puissant). Je n'aime pas les soi-disants remplaçants; Le lonicera nitida il faut le tailler tout le temps, les petits ifs ne tiennent pas le coup... On verra bien...
    Je te souhaite bon courage, bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais essayé les boutures de buis. J'ai toujours acheté mes topiaires en jardinerie. Les prix sont assez élevés, une raison de plus de faire attention et de les sauver. Sinon c'est bien 50 euros ou plus par boule, qui partent en fumée.
      Pas testé non plus le Kàrcher. Ça doit être pas mal pour déloger oeufs et larves.
      A bientôt Caro, bises.

      Supprimer
  10. Merci! votre blog est vraiment extraordinaire, je cherchais des informations historiques sur le rosier ancien "Duchesse de Rohan" et dans mes recherches j'ai eu le bonheur de découvrir votre site. J'ai admiré ce superbe rosier à l'exposition du domaine du Péré,dans les Deux-Sèvres,(79) ce weekend des 21 et 22 octobre sur le stand des rosiers du Berry,que je commanderai à la session du printemps prochain... Merci pour tout ce que vous offrez de passion et de connaissance! Très cordialement.Francis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En retour, merci aussi pour votre commentaire enthousiaste !
      Je connais un peu le Poitou (surtout le 86) mais pas le Domaine du Péré. Je vais regarder de quoi il s'agit.
      Au plaisir de vous retrouver sur ces pages.
      Amicalement,
      Alix

      Supprimer