Description


Bienvenue sur mon site dédié aux roses anciennes et modernes. Laissez-moi vous conter l'histoire de jardins remarquables, vous présenter des roses méconnues ou oubliées, vous conseiller de beaux livres...

Ce blog d'amateur est parfaitement libre et indépendant, je ne perçois aucun avantage, aucune rétribution de qui que ce soit. Sa seule vocation est le partage d'informations. Si vous empruntez une photo ou un texte de mes articles, veuillez citer vos sources comme je le fais moi-même. Les photos ne sont pas libres de droit. Pas d'utilisation commerciale sans mon accord.

N'hésitez pas à laisser en message vos remarques, vos avis... J'y répondrai avec plaisir.

lundi 24 avril 2017

Blanc double de Coubert

rosier hybride de rosa rugosa, obtenu par Cochet-Cochet, en 1892.

C'est de bon matin que je suis allée faire une petite séance de shooting photo. A 8:30, dans la fraîcheur printanière et avant les bourrasques de soleil de l'après-midi, anéantissant les couleurs,  j'ai fait la ronde autour de Blanc double de Coubert.
Une danse enfantine, en fait, tout à fait improvisée car je n'avais pas l'appareil photo. En revanche, j'ai toujours à portée de main ce petit bidule qui sert à téléphoner et accessoirement à photographier. Et c'est fou comme on peut réaliser de jolies photos à la volée, avec un simple iphone. 
Blanc double de Coubert a l'avantage de fleurir tôt. Les grimpants hybrides de thé, adossés aux façades plein sud sont également bien épanouis actuellement, mais leur tonalité nettement plus tonique ne m'ont pas attirée.

J'ai plutôt contemplé ces fleurs d'une blancheur éclatante. Le buisson qui les porte ne réserve pas un accueil des plus chaleureux, avec ses tiges grisâtres, hérissées de piquants. Ses feuilles, qui comportent jusqu'à 11 folioles, sont plus séduisantes : froncées et fines. Les boutons, verdâtres, sont très allongés.  

Dans ma région, la terre n'est pas calcaire. C'est une chance, le feuillage conserve cette belle couleur vert foncé. Les rosiers rugueux détestent les sols alcalins qui les défigurent en taillis jaunâtres. Ils supportent, à l'inverse, les embruns marins et les terres sableuses.

5 commentaires:

  1. IL a une grâce remarquable dans ce petit matin, je l'aime beaucoup je l'ai eu il y a des années mais perdu à cause de notre chien qui aillait souvent creuse à l'arrière, je songe à le réintroduire au pale garden mais auparavant je vais revoir la liste des rugosas blancs. Quand nous montreras-tu quelques vue de ton nouvel Eden Alix ? Oui je sais je radote que veux-tu c'est l'âge ! Bizzzzh.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien peur de te décevoir Maryline, mais je ne compte pas dévoiler de plans larges du jardin. C'est un choix et dès le départ, cela n'a jamais été le but de ce blog. Mon jardin est un lieu familial et intime et je tiens à préserver cette confidentialité.
      Bises

      Supprimer
  2. Le premier rosier en fleurs dans mon jardin est aussi un rugosa mais avec moins de charme que ce Blanc double de coubert, il s'agit d'un rugosa alba.

    RépondreSupprimer
  3. Il est beau , le blanc a l'air très ...blanc ! Blanc lumineux même, tu as bien fait de l'accueillir.
    Merci pour la présentation.Bonne soirée Alix

    RépondreSupprimer
  4. Très jolies photos en effet, tout dépend peut-être aussi de la qualité du petit bidule qui sert à téléphoner ;-))...et accessoirement à photographier !
    Très joli rosier d'un blanc très pur même virginal ...
    Bises

    RépondreSupprimer